Les séries (“télévisées” mais qui sont le plus souvent diffusées sur des plateformes telles que Netflix ou Disney+ aujourd’hui) s’emploient souvent à aborder des questions relatives à la justice sociale. Attention au spoiler ! Pourquoi John Snow poignarde-t-il Daenery Targaryen lors de la dernière saison de Game of Thrones ? Parce qu’il réalise qu’elle souhaite imposer sa propre conception du bien et de la justice aux habitants des 7 Royaumes alors que John Snow se pose comme l’apôtre du libre-arbitre. John Locke, D. Hume, deux philosophes précurseurs de la justice sociale ? Non, deux héros de la robinsonnade moderne Lost diffusée aux Etats-Unis de 2004 à 2010 ! La société peut-elle être dirigée par le principe de nécessité et permettre l’accouplement obligatoire – qui n’est autre qu’un viol – au nom de la sauvegarde de l’humanité ? Vous ne regarderez plus jamais La Servante Ecarlate de la même manière…

Les romanciers ont aussi beaucoup abordé le thème de la justice sociale, et les cas ne sont pas rares de transposition de leurs œuvres dans l’univers des séries ou pour le « grand écran ». Souvent, les auteurs (de scripts, de romans, de nouvelles…) expriment la peur que leur inspire une société qui serait guidée par un unique critère de justice. Si le collectivisme ou l’utilitarisme font souvent l’objet de tels scénarios, dans 1984 ou dans Le meilleur des mondes par exemple, la littérature est riche en exemples qui aident à comprendre les grandes théories de la justice sociale.

Ce cours aura pour objectif de parcours les grandes théories de la justice sociale en les abordant par école ou par thématique.