By combining political sociology with International Relations, this seminar aims at better understanding the dynamics of public opinion formation on a number of international relations (IR) issues, ranging from military interventions and the use of force to trade liberalization, the international fight against global warming, the legitimacy of international organizations, etc.

Analyzing how mass media, elites, interest groups and citizens interact in processes of public opinion formation, it addresses theoretical and practical questions, such as the transnationalization of public debates on IR issues and the impact of average citizens and grassroots mobilizations on domestic foreign policy and international organizations’ agendas.


Le cours vise à présenter le fonctionnement économique des industries médiatiques (presse, radio, télévision, web) et culturelles (jeu vidéo, musique, cinéma, édition de livres). Il s’agit d’identifier et de comprendre la configuration de chacune de ces industries, les modèles d’affaires, les stratégies des acteurs, le cadre réglementaire et les tendances contemporaines à l’œuvre. Une attention particulière sera également accordée aux phénomènes de financiarisation, de concentration industrielle et de mondialisation de la culture et des médias. 

Séance 1.  Les biens culturels et médiatiques : une exception économique

Séance 2. L’industrie audiovisuelle 

Séance 3. L’industrie du jeu vidéo 

Séance 4. L’industrie musicale  

Séance 5. Le livre et l’édition 

Séance 6. Les médias d’information


Le but de ce cours est de traiter des questions de l’actualité médiatique àpartir des concepts et des instruments de la sociologie de la communication et des médias. Il s’agit d’utiliser les instruments des sciences sociales pour mieux appréhender et comprendre les débats voire les controverses qui animent aujourd’hui le monde de la communication et des médias. Chaque chapitre sera structuré autour de deux « moments » : dans un premier temps il s’agira de rappeler les travaux classiques en sociologie de la communication et des médias ; dans un second temps nous chercherons à montrer en quoi ces instruments nous permettent de mieux comprendre les questions qui surgissent dans l’actualité. Nos analyses s’appuieront principalement sur les exemples centrés sur l’information et la communication politique. 

Une attention particulière sera portée à l'élection présidentielle de 2022 (usage de la communication politique, traitement médiatique, enjeux des politiques de communication)


Ce cours a lieu le mercredi de 11h15 à 13h15 en salle 230.

Les « organisations » sont des objets d’étude récents à la frontière de diverses disciplines issues des bouleversements nés de la Révolution Industrielle. Des sociologues, des politistes, des spécialistes de la gestion d’entreprise, des historiens, des économistes et même des psychologues ont commencé à étudier la division du travail, les processus de décision ou les comportements des agents qui font la richesse et la complexité des organisations. Entreprises, associations, administrations publiques, toutes regroupent des individus en vue d’objectifs déclarés, souvent la production de biens et de services, publics ou privés. Les agents ont leurs logiques propres qui peuvent servir ou aller à l’encontre de celles des organisations dans lesquelles ils agissent.

La théorie des organisations prend donc ces dernières comme objet d’étude à partir de l’ensemble de leurs composantes, prises chacune séparément ou en interaction. Elle éclaire ce qui n’est pas forcément l’objet d’une communication interne ou externe maîtrisée, ce qui n’apparaît pas spontanément et, parfois, ce que leurs créateurs ou dirigeants n’avaient pas prévu ni souhaité, faisant d’elles des organismes vivants difficiles à appréhender et par là même passionnants.

Documents généraux relatifs à la majeure CeM.

« Société de l’information », « société de la communication »… il est courant de lier l’histoire du contemporain au développement des médias. Depuis les philosophes des Lumières ce processus est interrogé en relation avec l’affirmation d’un « espace public » conçu comme une sphère de liberté et de dialogue où des citoyens peuvent exprimer un point de vue. Les médias, dans leur diversité, parce qu’ils permettent la diffusion massive d’un message ou d’une information, participent-ils à cette libre circulation des idées où, au contraire, sont-ils manipulés par un « pouvoir médiatique qui, utilisé de façon manipulatrice [aurait] ravi l’innocence du principe de publicité » (Jürgen Habermas) ? Le cours propose une réflexion historique sur ces notions et ces débats ; sur le processus de construction d’un « système médiatique » et les questions qu’il pose aux sociétés occidentales, tant d’un point de vue politique et social que culturel. Il s’appuie pour cela sur une riche historiographie particulièrement attentive aux phénomènes de transferts culturels ainsi qu’aux processus différenciés de diffusion et surtout de réception des objets culturels.


L’objectif de cette conférence annuelle est d’accompagner les étudiantes et étudiants dans la réalisation de leur travail de recherche de quatrième année (mémoire de recherche, rapport d’expertise ou Bachelorarbeit pour les étudiant(e)s de la FIFA).

Il s’agit d’approfondir leur maîtrise des méthodes des sciences sociales (questionnaire, entretien, observation, etc.) et de les accompagner, pas à pas, dans les différentes étapes de leur travail (définition de l’objet d’étude, problématisation, enquête de terrain, etc.) jusqu’à la rédaction de leur travail final et sa soutenance.

Au premier semestre, il s’agira plus précisément de présenter les objectifs et les grandes étapes du travail de recherche, de revenir sur les fondements de la recherche en sciences sociales, d’accompagner les étudiant(es) dans leur travail de lecture, et de les aider à construire leur objet et à définir leur problématique. La rédaction de l’état de l’art constituera l’objectif final de ce semestre.


Être un « bon communicant » ne se limite pas au simple fait de maîtriser des outils techniques, ou d’acquérir des savoir-faire professionnels. Élaborer des stratégies de communication nécessite en premier lieu de comprendre les enjeux propres à un environnement social donné. Les milieux (ou champs) sociaux obéissent à des logiques de fonctionnement spécifiques, qu’il est nécessaire de comprendre (au sens sociologique du terme) et de prendre en considération dans l’élaboration des politiques de communication. « Bien communiquer » nécessite également de faire preuve de réflexivité quant aux outils analytiques mobilisés pour établir ces stratégies. Catégoriser n’est jamais une opération « neutre », et soulève des enjeux de représentation… et donc des enjeux politiques.

L’objectif de cette conférence de méthodes est d’accompagner les étudiantes et étudiants dans l’acquisition de ces réflexes intellectuels, ainsi que dans la compréhension des différents champs sociaux. La conférence reposera à cette fin sur deux piliers : un suivi régulier de l’actualité économique, sociale, médiatique et politique ainsi que des lectures de travaux de sciences sociales.