Le cours portera sur la domination en situation. Il s’agira ce faisant de faire se croiser deux traditions de recherche qui dialoguent d’ordinaire peu : celle liée aux travaux de Pierre Bourdieu sur la domination sociale et celle issue des recherches d’Erving Goffman sur l’ordre de l’interaction.

Le cours prendra la forme d’un atelier de lecture. Chaque séance conduira à la discussion collective d’articles lus préalablement. Les textes servant de supports aux séances se rapporteront tous à des enquêtes d’ordre ethnographique. L’entrée sera donc d’ordre d’empirique avec un accent mis sur l’observation des pratiques. C’est à partir de données de terrain que nous essaierons de rendre collectivement compte de la façon dont s’opère ce que Goffman appelle le « lien de couplage flou » entre l’ordre social et l’ordre de l’interaction.

Les textes servant de supports à cette réflexion seront tous issus d’enquêtes récentes, publiées au cours des dix dernières années. Il s’agira donc de prendre au sérieux l’intitulé « Sociologie contemporaine » en fournissant un panorama de la sociologie telle qu’elle se pratique aujourd’hui. Loin d’opposer les travaux d’aujourd’hui à ceux d’hier, chaque séance sera l’occasion de revenir sur un classique de sciences sociales, en examinant comment les enquêtes étudiées en cours permettent de revisiter les apports d’auteurs consacrés (Weber, Bourdieu, Goffman, Elias, Passeron & Grignon, Boltanski, Collins, etc.)


Ce séminaire aborde les enjeux liés au passé dans les sociétés contemporaines, en partant du cas de la France mais en l’ouvrant largement à d’autres. À travers des lectures variées, chaque séance sera consacrée à une thématique historico-mémorielle.